• Berçeuses et chansons pou marmay ( Partie 3 )

     

    Berçeuses et chansons pou marmay ( Partie 3 )3 ème partie de cette série consacrée aux comptines, berçeuses et chansons de notre enfance réunionnaise. Elles sont encore nombreuses à sommeiller dans l'esprit de nos gramouns, elle sont nombreuses aussi par leurs variations selon les régions de l'île, les familles.... alors,
     

    Une chasse aux trésors, ça vous dit ?

     

      

    Kosa la manz ladan

      

    Dans le livret accompagnant le CD "Zinzin", on y trouve les indications suivantes : Inn i rouv la min, inn i mèt son dwa dann milyé, i di komsa : Kosa la manz ladan ? Ariv in lèr, sak i rouv la min i di : a pi ! (na pi).

    Toutes les bonnes choses prennent fin en dépit du bonheur qu'elles suscitent. Il en va de même des fruits juteux, sucrés et ensoleillés avalés goulûment qui nous ramène docilement aux douces saveurs de l'enfance, pour les plus âgés d'entre nous. Et cette main, qui la journée durant, s'est imprégnée des odeurs de vavangue, de "fig mir" et de "gouyav" a fini par ne plus rien avoir à tenir... Tristesse et chagrin jusqu'à la cueillette du lendemain !

     

     

    Pov ti gigine

     

    En créole réunionnais, un "gigine" signifie un petit peu ou très peu; pas assez en tout cas. Ici le ti gigine est en fait une sorte de Caliméro frêle et impuissant, ce qui lui impose quelques complications : il ne peut rivaliser face aux plus forts, aux mieux lotis et arrive donc en dernier lorsqu'il s'agit de se servir. Défavorisé en soi, la tournure pléonasmique due au "pov " (pauvre) ne fait qu'enfoncer  cet être pour qui on ne peut éprouver que de la mansétude, de la pitié.

    A noter que cette formule ne ressemble en rien à l'ironique "Pov ti bête ", que l'on rencontre parfois dans l'expression un tantinet moqueuse de personnes peu compatissantes, achevant leur taquinerie par un " i fé pitié oui ! " tout aussi dévastateur.

    Ce " Pov ti gigine " est ce qu'on appelle un jeu de doigts qui est dérivé (très certainement) de son équivalent français "La poule a pondu un oeuf ", qui compte lui-même de nombreuses déclinaisons (ici, page 8). Comment procède-t-on exactement ? D'après les diverses sources, on prend les doigts l'un après l'autre en débutant par le pouce et pour la dernière phrase soit celle de l'auriculaire (soit, le petit doigt; la partie correspondante en français est absente de la version réunionnaise présentée), on lui fait faire un ou deux cercles dans la paume de l'autre main. Si ça n'a pas été clair, tentez de voir les explications données ici, à la fin.

     

      

    Ti somin, gran somin

      

    Avant de devenir un titre phare du groupe Kréolokoz ou de Tikok Vellaye, ti somin gran somin (ti chemin grand chemin) était un jeu de doigts très répandu et pratiqué entre parents et enfants; il l'est toujours d'ailleurs. Voici le "mode d'emploi" : Fé grinp dé dwa parèy kan bib i mars si lo bra out kamarad ziska son kèlkèl (dosou son bra oubyin ziska son kolé, épisa digdig ali).

    Kèlkèl = aissellle ; Kolé = le cou ; Digdig = chatouiller

    Tout comme les pitons de l'île, les jeunes réunionnais sont eux aussi des parcours, des sentiers où les mains tendres du parent viennent lentement grimper, dans le but de chatouiller leur enfant dans le cou ou sous le bras. Parfois même l'ascension se fait longue, elle se ralentit dans un suspense intenable pour se précipiter tout à la fin, entraînant un repli du corps, mais surtout de grands éclats de rire.

    Il existe certaines variantes locales ou le chien se fait loup, mais il intervient toujours au même endroit.

     

    Mon ti lakaz

     

    La lecture des paroles aideront certainement à la compréhension du contexte et de ce qui est dit :

    Kan mwin lavé mon ti lakaz
    Falé bésé pou rant dedans
    Mon tét té tous dann mon fétaz    (fétaz = la charpente du toit, 1)
    Mon pyé té rant dann mon plansé

    Mon zoryé morso bwa blan
    Mon payas ti nat malgas
    Mon somiz morso goni     (goni = sac en toile de jute, 2)
    Mon kilot morso ayon

    Alon gargoulèt   (gargoulèt = vase de terre où l'on met l'eau à rafraîchir, 3)
    Morso kalbas
    Pou mèt lo ronm
    An ddann zour di lan.

    Les informations n'abondent pas à propos de cette comptine bien qu'elle soit terriblement parlante. C'est la description d'un habitat rudimentaire qui est faite et plus généralement du mode de vie lui-même, pauvre et simple, qu'il ait été choisi ou non. Qu'à cela ne tienne, l'indigence du confort n'entravera pas les réjouissances de fin d'année, dominées par les joie de l'ivresse comme semble l'indiquer la présence de " lo romm " !

      

     

    Kaskas Nikola

      

    Ce que le livret du CD " Zinzin " en dit : I zwé a dé. Inn na inn ti galé dann in min, dann lot : riyin. Lot i esèy déviné dann kèl min i lé. In tiktak pou le kas le kan.

    Voilà un petit tour de passe-passe qui permet de combler les après-midi ennuyeuses. Souvent, c'est l'occasion rêvée pour les ainés d'éprouver la naïveté légitime de leurs cadets grâce à quelques obscures manigances : galet lâché en cours de route, caché dans la "poche a ki " (poche de derrière) ou dissimulé avec la complicité du décor ...

    Ce jeu de cache-cache se retrouve à l'île Maurice où il a fait l'objet d'un séga de style bindu, par Alex Thermogen (qui est un pseudonyme d'après mes souvenirs). D'après le dictionnaire étymologique d'Annegret Bollée, la formule serait d'origine normande; les règles sont en tout cas sensiblement les mêmes dans ce Grelit Grelot français qui peut se jouer à plus de deux personnes. Ce site propose une approche différente en la mélangeant au jeu du furet.

     

    _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

      

    Pour finir voici 2 liens d'une utilité toute trouvée. Le premier est un document du Musée de la région Centre (France métropolitaine) qui présente un certain nombre de jeux et de chansons qui y sont rattachées. Vous remarquerez que beaucoup de ces activités ont été pratiquées à la Réunion par nos aïeux : http://www.musees.regioncentre.fr/UploadFile/GED/NFHY-joujoux.pdf

    Le deuxième est aussi un PDF de l'Académie de La Réunion cette fois, reprenant les comptines réunionnaises et leurs équivalents français (je l'avais peut-être déjà mis) : http://www.ac-reunion.fr/fileadmin/rep_services/ecole-maternelle/classes-bilingues/Comptines_bilangues.pdf

      

    Partie 1     Partie 2

      

    « NawarLes Pop's Experience »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :