• Quadrilles créoles

     

    Quadrilles créoles

    La musique réunionnaise est un savant mélange d'influences venues de toutes parts, elle est faite de rencontres improbables mais rendues nécessaires par la force des choses.

    D'une part, la société dite "blanche" s'éprend des danses de salon importées d'Europe, d'autre part certains musiciens venant de classes sociales jugées inférieures s'emparent de ses rythmes et y apportent leur savoir faire instrumental, ou rythmique.

     

    L'histoire qui aboutie à la création d'un genre purement atypique, en la qualité du quadrille créole, peut de façon générale se résumer ainsi bien que dans la pratique, on puisse penser que la conciliation des différentes variables fut plus complexe.

     

     

    Le quadrille était une façon codifiée de faire de la musique, mais surtout de danser encore très populaire à la Réunion dans les années 50 et 60, avec les nombreux orchestres en cuivres notamment, auxquels se mêlaient également banjos, accordéons , guitares... 
    Devenue désuete non seulement par l'aversion pour l'expression du folklore local, en connivence aves les styles internationaux arrivant dans les années 70 et 80, mais aussi par l'émergence du séga "moderne", synthétisant ces influences avec le socle traditionnel.

    Distinguer quadrille et séga reste toujours difficile, certains utilisent ces termes afin de désigner une seule et même danse, une seule musique, d'autres préfèrent les répartir selon des critères chronologiques ou artistiques. Quelques lumières éclairantes ne sauraient pas de trop histoire de ne pas créer d'amalgame historique et socio-culturel. Car exercer une pratique à une époque donnée porte une ou des significations constituant des indicateurs précis à propos des coutumes, des mentalités : la rigueur dans les termes est de ce fait primordiale.

     

     

    Néanmoins, il est communément admis que le séga naît d'un métissage fructueux entre pratiques afro-malgaches et pratiques françaises voire européennes. Le quadrille créole quant à lui, s'est constitué en genre à part entière mais à donc fortement contribué à la naissance du séga, tel qu'on le connaissait il y 30 ou 40 ans.

     

    un document à voir, à lire, à réfléchir. Il est de Benjamin Lagarde, doctorant (toujours ?) en anthropologie, qui apporte un regard pertinent sur l'identité réunionnaiseet son articulation au domaine musical (très vulgairement dit) :

    Télécharger « mod_article59027227_50a17ef3b9cc5.pdf »

    Un mémoire très interessant sur la musique réunionnaise : http://www.memoireonline.com/03/08/959/m_identite-spectacle-vivant-la-reunion51.html

    à propos du quadrille et de la formation des genres locaux : http://www.reunion.fr/decouvrir/art-de-vivre/le-sega.html

    un peu long mais ça vaut le coup : http://cjtm.icaap.org/content/20/v20art7.html

    idem : http://www.reunionnaisdumonde.com/spip.php?article1684

    http://www.potomitan.info/reinion/sega.php

    http://www.outremer.com/RU/RU_art_folklore/RU-le-sega.html

    il y a toujours des informations à débusquer ! : http://lab.chass.utoronto.ca/rescentre/french/docs/danses.htm

    http://www.jplours.fr/lareunion_musique.htm

    http://alloyab.chez.com/page2.html

     

    « TelkelBenjam »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :