•  

     Premiers contacts de l'enfant avec le monde mélodieux du fredonnement maternel, les comptines et autres berçeuses s'évident complaisamment de leur substance pour ne devenir à l'âge adulte qu'un son familer, un "déja entendu" s'accompagnant d'une émotion toute contenue.

    La plupart des airs transmis de nos jours sont , de fait, des réappropriations directes du patrimoine musicale de la mère patrie ( la France métropolitaine ! ), qu'elles soient thématiques, linguistiques, lexicales ou même culturelles. Nous verrons quelques unes parmi les plus connues de nos jours, même si chaque famille, chaque région de l'île enregistre quelques variations à divers niveaux. De même, la majorité de ces chansonnettes sont francisés, et la pratique de la berçeuse à proprement parler chez les descendants malgaches et indiens ( et le reste ! ) induit un territoire de recherche dont on ne peut, malheureusement, pas traiter. Tout compte fait, c'est le réunionnais qui prime ici et non la sectarisation,ou le report de pratiques communautaires.

    Cela est dit...

     

    La Bourbonnaise

    Berçeuses et chansons pou marmay

     

        On doit cette romance à Fery Kletzer, musicien hongrois débarqué à la réunion aux alentours des années 1850.  La Bourbonnaise, certainement le nom d'une rivière qui traversait à l'époque Saint-Gilles, n'est certainement pas restée intacte au cours du siècle suivant, en témoigne l'évitable " chatte marron", bourreau des enfants réticents au sommeil.

        Reprise à Maurice puis à Rodrigues, elle conte la rencontre fortuite entre l'expérimenté, conscient de la primauté de l'effort, et le novice, en quête de leçons de vie.

     

     

     

     

    Pour la Réunion:

    http://www.youtube.com/watch?v=7IQdaTcgM_4

    http://www.mi-aime-a-ou.com/chanson_la_bourbonnaise.php

    http://lesvwadheva.musicblog.fr/r32538/5-Le-coin-technique/

    Pour l'île Maurice:

    http://www.youtube.com/watch?v=aORpoyZWQmg&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=0K-5N_q_oBU

    http://www.youtube.com/watch?v=gIG03HT21V8&feature=related

    Pour l'île Rodrigues:

    Mo pas larivyer tanyé (Véronia Allas)

     

        François Couperin, compositeur français du XVIIIème siècle, avait lui aussi crée sa Bourbonnaise, tiré peut-être du duché de Bourbon, région qui conserve encore un patrimoine fort. Si les plus aguerris d'entre vous semble y voir un air de famille avec celle de notre ami Kletzer ! :

    http://www.youtube.com/watch?v=Yiy-7RhIg94

      

      

    Dodo la minette

         Berçeuse parmi les plus célèbres qu'il puisse se transmettre à la réunion, elle fait partie de ces éléments de la culture populaire à la base solide, mais aux contours réajustés en fonctions des régions et identités en jeu. Tantôt " Dodo Ninette, sainte-Elizabeth", " dodo la minette, catherinette"... et autres variantes du même type, elle s'est accomodée à l'île de la Réunion en "dodo la minette, l'enfant de jeanette",qui à l'avantage d'évincer ces saintes personnalités peu en vogue dans l'île.

    Point d'orgue de cette berçeuse, l'intervention malvenue de cette "chatte marron" ( ou sat' marron ) comme évoquer plus en amont. Fatiguée et lasse d'être debout, à secouer savamment de "ti bou d'moun" afin de déclencher la tant espérée fermeture des paupières, il était opportun pour la mère, la grand-mère, ou la nénène (la nourrice), d'invoquer perfidieusement l'action d'un chat sauvage.

    Les femmes, qui anciennement étaient tenues de rester chez elle ( et les occupations ne manquaient pas ) gardaient les ribambelles d'enfants pendant que l'homme se tuait à la tâche au champ, à "labitasyon" et autre part. Inutile de dire que rentrant d'une journée harrassante, la patience nécessaire à la garde d'un enfant leur aurait fatalement fait défaut et que ne sachant si cette prétendue "chatte" était noire, marron, ou verte pissenlit(?), la couleur du "fouèt' pêche" leur eut été plus familère sinon plus commode (pov' ti marmaille...).

    D'autant que cet incongru animal n'a pas été créé ex-nihilo, mais serait directement affilié Kala (autrement nommée Gran Mère Kal).
    Prise de folie, elle se serait mise à la recherche de son fils mort, errant à travers les sous-bois réunionnais avec pour seule compagnie son désespoir, et ce non moins désespérant chat, félin de l'au delà...

    Dodo la minette : une berçeuse très persuasive, on peut le dire...

     Zan Batis & Dodo la minette

      

    Paroles et partitions : http://www.traditional-songs.com/fr/telecharger_chanson.php?name=Dodo%20la%20minette&country=Reunion

    Pour ce fameux "chatte marron": http://marco.patrimoine-reunion.org/lesclavage/granmere-kale 

    et pour Gran Mère Kale ( parmi le foisonnement des sources possibles) : http://books.google.fr/books?id=RQbTlYslfo4C&pg=PA342&lpg=PA342&dq=esclave+kalla&source=bl&ots=UdzG6kYxoq&sig=UT3dWxO9e3IeRfgsg87KPXABH1w&hl=fr&sa=X&ei=1KBdUJPkIKrO0QW4noHwDw&ved=0CCwQ6AEwAg#v=onepage&q=esclave%20kalla&f=false

      

      Une version ( l'originale par le texte ? ) par les Compères Grat'fils

     

     

     Zan Batis

      

    Zan Batis est un peu avec les Ti Zan, ti Kok et autres figures phares du panthéon local, le personnage du garçonnet débrouillard et téméraire. Même si son prestige est quelque peu inférieur à celui de ses congénères, Zanbatis a lieu aussi réalisé quelques exploits que nos "chanson de geste" n'ont pas manqué de relater. Du reste, on ne lui enlèvera pas cette sortie à la pêche :

     

    Cette représentation idéaliste d'une nature abondante est quelques peu passée de mode. Même armé de son meilleur vouve, Zanbatis ne trouverait plus aujourd'hui trace de chevrettes (ou crevettes) dans les rivières, au pire attraperait-il un champignon qui le clouerait au lit pour quelques jours. Et pourtant, fût une époque ou ce n'était pas hérésie de descendre à la rivière remplir son panier de crustacés... Comme on le voit également sur la vidéo, Zanbatis dispose d'un canife ( in ti kouto ) pour éxécuter sa besogne. En effet, avant il était coutume d'en offrir aux jeune hommex, ce qui leur était très utile pour effectuer toutes sortes de travaux manuels. Cela signifiait peut être aussi le moment de trasition ou le " ti marmaille" devient homme, prêt à aborder la dureté de l'existence dans les meilleures dispositions.

    A part pour "plucher" les oignons ou les mangues ( et encore, certaine machine le font très bien), le ti kouto n'a plus grande efficacité face aux écrans...

     

    Paroles Zan Batis:

     

    Zan Batis La parti la pès

    Son ti kouto dann son posèt

    pou koupé yango*

    Sovrèt

    Pou koupé yango

     * d'après le Dictionnaire étymologique des créoles français de l'Océan Indien d'Annegret Bollée, "yango" aurait le sens de "beau" en réunionnnais. Donc certainement pour cette comptine, de "belles shevrettes", roses ou arrivées à maturité.

     

    Partie 2

    Partie 3

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique