•  

     

     

     

     

    Originaire de Saint-Paul, ce groupe naissant s'est attaché à des thèmes forts, des luttes symboliques pour constituer son répertoire. Certains accords paraissent inédits, venus d'outre-tombe, surtout quand les sursauts de voix du leader pose une sensibilité réellement étonnante. Non pas que ce soit une surprise, au contraire, c'est bien un vent de fraîcheur qui gagne les scènes réunionnaises. En grattant les rainures massives de notre musique locale dans sa plus grande diversité, Zozyl a déposé les germes d'un renouveau, d'une souche nouvelle sur laquelle ils veillent avec bienveillance, à leur échelle. Le groupe a su délaissé le superflu, au profit de la construction d'une identité toute naturelle ! c'est bien là chose difficile à faire...!

     

     

    "Toute musique qui ne peint rien, n'est que du bruit"
    Jean Le Rond D'Alembert


     

     

     

     

     http://soundcloud.com/zozyl 


    http://www.myspace.com/zozilband


    http://fr-fr.facebook.com/pages/Zozyl-Multi-force-officiel/179007128786111

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Kaf MalbarKaf Malbar, anciennement connu comme KM David, David Damartin de son vrai nom.

    Pour beaucoup, le Chaudron ne faisait parler de lui que par la page faits divers des journaux locaux. Une réputation qui occultait tout le pan culturel, artistique de ce quartier de Saint-Denis, alors en plein bouillonnement.

    L'intronisation de Kaf Malbar comme le principal artiste dancehall à La Réunion, va remédier à cette image écornée. Un engouement stupéfiant déferle sur une jeunesse conquise.

     

    L'histoire est bien connue, elle couve une réalité qu'espèrent bien des jeunes,  inspirés par le parcours improbable de Kaf Malbar : avoir la chance de s'exprimer, la saisir et ne plus la quitter, jusqu'à ce qu'elle finisse par ne faire qu'un avec vous.

     

     

    " Les D'moizel ", l'album qui le révèle, est assez insolite dans un univers où le ragga, ragga muffin et dancehall s'immiscent peu à peu sur les pistes de danse. Les textes sont souvent connotés sexuellement mais reste sur le ton du badinage. Le public s'y retrouve et profite de cet interstice débridé, pour faire éclore une nouvelle génération de musiciens. Ainsi, bien avant le rap demeuré en vase-clos à La Réunion, ce sont les artistes rattachés au mouvement dancehall qui font fureur. On y retrouve Babyluzion, un des amis de Kaf Malbar, James, Rwin Paul, G.O.K, B.O City style (ces derniers davantage affiliés au ragga), un peu plus tard Maylan, Malkijah, Rolian, les Sistas de toutes sortes ou encore Atep.

    Autant dire que le début des années 2000 marque l'essor de ces artistes, que tout le monde connait désormais.

     

     

    Kaf Malbar construit son succès rapidement, chacune de ses apparitions ou de ses nouveautés provoque une onde d'émoi dans un public jeune. Sa musique au débit surréaliste, ponctuée de slogans ravageurs ( "I bless", "c'est pozitivité partazé mon ban", "plis lighta"...) reprend les thèmes chers à l'idéologie Rastafari, mais les créolise avec embrasement.

    La compilation Mon Friz regroupe tous les succès de ses débuts, inoubliables et irremplaçables pour certains de ses fans. Puis viennent " Le ying et le yang " et " Tombé du camion ", qui est un des premiers albums réunionnais disponible en libre téléchargement, avec un site qui lui est entièrement dédié. C'est certain, Kaf Malbar a un temps d'avance sur ses collègues, son aura dépasse les frontières réunionnaises, ce qui lui vaut de gagner quelques prix.

     

     

    Une armada l'entoure, son image est vendeuse et ce Rasta la kour devient ( il faut bien le dire ) un objet marketing à part entière, avec une marque de T-Shirt et l'extraordinaire phénomère Coq La Kour, sa mascotte et son activité commerciale. Ses concerts sont des shows délirants où se presse une foule déchaînée, Kaf Malbar, habillé de ses marques partenaires (style urbain "Ghetto", clinquant...) enchaîne les performances scéniques et vocales.

    Il semble s'être un peu perdu, ou complètement retrouvé dans ce succès inquantifiable. Il est également l'un des premiers à faire des featuring inter-îles, ou inter-Dom, comme avec MalkiJah ou Saik, Amiral T et Brasco.

     

     

    Musique un peu plus impersonnelle, fortement influencée par les modèles antillais qui l'aide à se faire connaitre (ça n'est pas un mal), Kaf Malbar a délaissé la Dancehall Créole pour s'adapter à l'ère du temps, avec un style difficilement définissable (désolé pour la culture musicale défaillante). Néanmoins, le public lui accorde toujours une affection inconditionnelle, souvent justifiée, parfois aveuglée par les clips soignés où les femmes se déhanchent lascivement, tandis que les hommes boivent du champagne, scrutant la mer depuis une villa. On est loin des dénonciations et de la cagnardise (au sens créole réunionnais du terme) qui le caractérisait, même si il semble se réorienter vers cette approche.

     

     

    Son nouvel album, "Subliminal" sorti fin 2012, est donc à observer avec la plus grande attention : va-t-on retrouver notre Kaf Malbar réunionnais, où drons nous encore nous contenter de sa copie optimisée pour le marché national, voire international ?

     

     

     

    l'album Tombé du camion : http://www.kafmalbar.com/KAF_MALBAR/KAF_MALBAR_SITE_OFFICIEL_KREOL.html

    un blog sur lui : http://kafmalbar.blogspot.fr/

    sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kaf_Malbar

    pour écouter : http://www.musicme.com/#/Kaf-Malbar/albums/

    sur facebook : http://www.facebook.com/pages/Kaf-Malbar-Page-Officielle-/159939514052871

    sur Akout : http://www.akout.com/kafmalbar

     

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique