• Françoise Guimbert (Tantine Zaza)

     

    Françoise Guimbert

    Françoise Guimbert, Françoise Makoto Guimbert ou Tantine Zaza pour ses plus fervents admirateurs, est un peu la matrone du maloya réunionnais, mais pas seulement.

    Elle naît en 1946 et se retrouve dès l'âge de 4 ans, orpheline, à la charge de ses soeurs et frères aînés. Dès lors, le parcours de Françoise Guimbert s'apparente à une entrée en matière des plus compliquée. Elle a à peine 12 ans  et est déjà employée en tant que femme de ménage, à la demande de mademoiselle Prudent, même si "tout le monde la craignait" 1.

    Sa hardiesse est peut-être la source de sa carrière d'exception, de ce panache qui lui sied merveilleusement.

     

    En 1978, sort pour la première fois un 45 tours de Maloya porté de bout en bout par une voix féminime, qui harangue, qui vitupère et défie de but en blanc, "ki sa la di " ! Qui a osé enterrer le maloya alors qu'elle le chante de toute son âme, obstinément. Ces dérangés au corps secoués de spasmes qui s'agitent et s'attroupent dans un coin serré de la case, ne seraient donc que des dégénérés, auxquels il ne faudrait plus prêter attention ? Remontée comme jamais, intolérante aux affronts que subissent ses souvenirs, Tantine Zaza s'insurge et rétorque aux récalcitrants, "di pa sa ! " .

     

     

     

    " Agard a nou dansé, di anou si sa maloya ! ", ceux qui ne s'embarassent plus du passé n'ont qu'à faire leur route, mais pour l'heure Françoise Guimbert se donne le droit de perpétuer ce battage du sol qui l'avait tant impressionner jeune fille. Un dépoussiérage qui doit s'effectuer sous le regard bienveillant des anciens, devenus garants de la bonne préservation des pratiques. Cette relève est prise en main avant d'être léguée, elle est désirée et assumée car elle compte pour l'individu qu'est Françoise Guimbert, consciente des enjeux qu'elle comporte.

     

     

    Reportage intimiste qui laisse entrevoir un débat intéressant, à savoir les multiples points de vue et opinions quant à l'origine et à la pratique du maloya. Des questions auxquelles même la rigueur historique ne semble pouvoir répondre avec précision.

    Remarquons surtout la dextérité de Tantine Zaza au roulèr et tout' le gayar elle i mont' a nou !  In bon leçon pou not' tout' !

     

     

     

    Françoise Guimbert a pris le maloya sous son aile et réciproquement, sans pour autant fermer son univers musical au apports extérieurs. Que ce soit sur "Séga la pente", "Paniandy" ou plus récemment "Dépouille pas ton fond de coeur", elle nous gratifie de façettes inexplorées de sa personne, de son caractère, de son engagement en lien latent avec son histoire.

    Elle s'oppose aux causes injustes qui provoquent un statu quo social (Ban ti y soutien ban' gro), un cercle vicieux dont les victimes restent inchangées. Il était pourtant une époque où l'on trinquait réellement pour combler le manque d'aliments, pour saouler les vers qui vous rongeaient l'estomac, mais heureux ils étaient... à ce qu'ils disent.

    Qu'elles parlent de Tantine Zaza ou non, ses chansons offrent bien des horizons à sonder, qu'il nous faudra explorer avec passion et aplomb si, nous aussi, voulons un jour faire oeuvre de transmission.

     

      

      

     

     

     

    + d'infos : http://www.worldstudent.com/salon_etu/newsletter/FrancoiseGuimbert.pdf

    http://www.hommes-et-migrations.fr/docannexe/file/1450/chroniques_1247_chroniques_1247_105_110.pdf

    http://www.iledelareunion.net/francoise-guimbert,-alias-tantine-zaza.htm

    http://www.antennereunion.fr/Video-Reunion-information?id_document=405715&pgp=5&titre=info-reunion

    http://www.runmuzik.fr/observation/muzikannuaire/groupes/francoise-guimbert.html

    Pour écouter : http://www.musicme.com/#/Francoise-Guimbert/albums/Sega-La-Pente-3252413348850.html

     

     

    « MaloyabUrbain Philéas »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 28 Février 2013 à 14:10

    Tantine Zaza **** !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :